Photo: Séverin Pierret

Une restauration dépendant du biotope de départ

De manière générale, la conservation et donc la restauration des mégaphorbiaies demandent peu d’interventions.

Il faut veiller à ce que leur boisement soit limité, en recépant les arbustes qui peuvent s’y installer. Un fauchage occasionnel peut éventuellement être nécessaire pour limiter l’extension d’espèces nitrophiles indésirables. S’il n’est pas possible, le fauchage peut être remplacé par un pâturage très extensif en période de végétation. Ces actions ne doivent cependant pas être trop fréquentes au risque de transformer les mégaphorbiaies en prairies humides et de stimuler le développement des semis arbustifs et donc, le boisement.

Lettre d'information

Intéressé par notre projet ? Inscrivez-vous pour être informés de l'avancement de nos actions

Désinscrivez-vous de notre newsletter

Partenaires